muriel 2.jpg
 

Mon Expérience

Du Sport à la Sophrologie

Le Sport et les Etudes


Je me suis construite sur les valeurs fortes du sport : le travail, la rigueur, et la ténacité. Valeurs sur lesquelles je peux m'appuyer encore aujourd'hui et auxquelles se sont rajoutées : le respect de l'adversaire, des règles et l'honnêteté. Le sport a toujours fait  partie de ma vie et le tennis plus particulièrement.

Meilleur classement à +2/6, seconde série pendant plus de 20 ans, de nombreux titres régionaux, un titre national et des interclubs au niveau national, m’ont donné cette expérience si particulière liée à la

compétition de tennis.

Une licence STAPS en 1985,  un diplôme d’Etat de tennis en 1986 et je débutais l’enseignement de ce sport qui m'avait déjà tant appris, dans un besoin de transmettre tout ce que j'avais pu y trouver moi même.

L'Enseignement du Tennis


Pédagogie, travail et patience sont trois facteurs important d'un bon enseignement. Au contact de mes élèves, femmes, hommes et enfants, j'ai rapidement compris l'importance de l'écoute, de l'observation, et de l'adaptation.


L'enseignement m'a montré l'importance d'envisager chaque élève, comme une personne unique et singulière et de comprendre que leurs manières d'aborder les situations et les problèmes leurs étaient propres, tout comme leurs réactions.


Il me fallait envisager chacun d'eux de façon particulière, avec leurs qualités, leurs sensibilités, leurs forces et leurs faiblesses et les accompagner le mieux possible.

Problématique de la Compétition


Un sujet m'a préoccupé tout particulièrement : le rapport à la compétition et l'aspect mental devant lesquels nous ne sommes définitivement pas tous égaux. 


Face à une situation donnée, les différentes émotions qui traversent un compétiteur peuvent tout autant catalyser que perturber la performance. Le stress devient, soit un allié qui booste le joueur, soit un adversaire supplémentaire qui le neutralise et l'empêche de mettre en application ce qui a été travaillé a l'entrainement.


Arriver à gérer ses émotions, être capable de mettre en œuvre toutes ses capacités en vue de mettre en place une tactique gagnante, être capable d'envisager une situation sereinement, faire face à son adversaire  avec confiance en soi : autant de facteurs si importants mais si fluctuants.

Il me fallait trouver des outils adaptés aux différents besoins de mes élèves.

Un Nouvel outil : la Sophrologie


C'est ainsi que la sophrologie m'est apparue, dans un premier temps, comme un outil supplémentaire, une réponse à mes attentes concernant l'approche mentale de la compétition si complexe dans ce sport duel dans lequel on se bat contre un adversaire mais aussi souvent contre soi même.

Formée pendant deux ans à SOPHRAGORA, l'école de Sophrologie Caycedienne de Mulhouse, dirigée par le Docteur Charles Rodà, j'y ai découvert tous ses bienfaits.


Bien au delà du tennis et de sa préparation mentale, la sophrologie s'est imposée à moi très naturellement, comme une évidence dans l'accompagnement des personnes et de leurs besoins : gestion du stress au quotidien, au travail, dans les études, à l'école mais aussi face à une échéance particulière ou au manque de confiance et d'estime de soi.

Je me suis ainsi rendue compte que le champ d'action de la sophrologie était très vaste et que c'était la réponse à ce que je cherchais et à bien plus encore.